ActualitésEn FranceEnvironnement

Malus au poids mis en place pour 2022

Fin septembre, nous avons appris que la hausse du malus écologique pourrait aller jusqu’à 40.000 € à partir de 2021 pour les véhicules les plus polluants. Aujourd’hui, c’est une nouvelle taxe qui vient d’être votée à l’assemblée, le malus au poids.

Le malus au poids à partir de 1.800 kg

Le projet avait déjà été annoncé auparavant, mais sans suite. On sait à présent qu’il a été adopté par les députés et va faire son apparition dès 2022 en France.

Dans un premier temps, le malus avait été annoncé pour les véhicules faisant plus de 1.400 kilos. À partir de ce poids, le propriétaire devait s’acquitter d’un malus de 10 € par kilogramme supplémentaires. 

Finalement, la taxe commencera à partir de 1.800 kg. Peu de véhicules français seront donc touchés par cette taxe. Certaines associations pour l’environnement souhaitent une baisse du seuil minimum à 1.400 kg. Car celle qui sera mise en place pour 2022 ne touche “que” 60.000 véhicules soit 2 à 3 % des immatriculations en services.

Certains véhicules seront exonérés de cette taxe

Les véhicules électriques et les hybrides rechargeables affichant au moins 50 km d’autonomie électrique ne seront pas impactés par cette taxe. Tout comme les véhicules professionnels de 8 places qui ont une marge de 400 kg soit 2.200 kg avant de subir le malus. Les familles auront aussi le droit à 200 kg supplémentaires par enfant à partir du 3ème pour les véhicules de 5 places minimum.

Une taxe jugée inutile pour certains

Les avis sont très partagés sur le sujet. Le patron de la marque Renault, Jean-Dominique Senard, trouve cette taxe inutile : “Je considère que la taxe sur le poids est complètement inutile. La demande se porte sur des véhicules plus gros. Or, le client est roi. Je ne vois pas pourquoi on devrait le culpabiliser ainsi. En France, la voiture est déjà taxée 20 % de plus qu’en Allemagne. On veut préserver les emplois dans la filière automobile ? Commençons par alléger la fiscalité sur la mobilité.”  (Interview Le Monde).

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer